La livraison de cannabis à domicile arrive au Massachusetts après avoir reçu le feu vert de la Commission de contrôle du cannabis comme si vous commandiez une pizza ou un hamburger chez uber eat.

Deux types de licences pour la livraison : une pour les « livreurs de cannabis » qui « seront autorisés à facturer des frais pour effectuer des livraisons d’un détaillant ou d’un dispensaire au client » et une autre pour les « opérateurs de livraison » qui seront « autorisés à acheter des produits en gros et à effectuer des livraisons depuis leur propre entrepôt ».

Depuis le vote de 2016, le cannabis est légalisé dans la massachusetts.

Livraison de cannabis au Massachusetts

La livraison à domicile faisait déjà partie du programme de cannabis médical de l’État. L’année dernière, la Commission avait autorisé les entreprises de cannabis récréatif de l’État à demander des licences de livraison, qui ont été validées en mai 2020.

Dans un premier temps, les licences seront délivrées en exclusivité aux membres du Programme d’équité sociale, qui favorise les personnes précédemment impactées par la prohibition du cannabis. Les barrières à l’entrée pour une licence de livraison sont généralement moins lourdes que celles des licences de vente au détail et contribuent à uniformiser les règles du jeu entre les grandes entreprises et les petites entreprises.

Certains dispensaires arguent néanmoins que la loi de l’Etat restreint les possibilités de livraison aux seuls vendeurs au détail de cannabis.

« En termes simples, l’adoption et la mise en œuvre par la Commission de la proposition de règlement contreviendrait directement à sa propre loi qui stipule clairement et sans ambiguïté que seuls les détaillants de cannabis, tels que définis dans la loi, sont autorisés à livrer des produits du cannabis aux consommateurs » pour Howard Cooper, avocat, dans une lettre écrite aux régulateurs à la mi-novembre.

« En fait, ils veulent posséder 100% ou 80% des licences ou avoir autant de contrôle ou d’influence que possible » explique Aaron Goines, un activiste qui conseille la Massachusetts Cannabis Association for Delivery et a participé à l’élaboration du cadre réglementaire de livraison. « Ce n’est tout simplement pas comme ça que les règlements sont rédigés, il faudra trouver autre chose. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *